ENTRÉE LIBRE AU SALON 01 42 68 26 27 contact@artea-france.com

————————————— Biographie —————————————

Olivier Weber, ancien correspondant de guerre, est écrivain et grand reporter. Président du prix Joseph-Kessel, il est l’auteur de romans, d’essais et de biographies, dont celles de Joseph Conrad, Jack London et Joseph Kessel.

—————————————————— Son actualité —————————————————

Au royaume de la lumière : un voyage en Himalaya

Plon

C’était une vieille promesse. Confronté aux souvenirs des guerres que j’ai couvertes, j’ai voulu me rendre dans une contrée mythique et oubliée, le Mustang. Fermé aux étrangers jusqu’en 1992, ce petit royaume en Himalaya désormais rattaché au Népal est un « petit Tibet » à la culture protégée et sans la tutelle de la Chine.
Avec deux amis, dont un aveugle, et trois Mustangais, dont un prince du Mustang, je me suis aventuré au-delà de l’Annapurna dans des vallées perdues, sur des montagnes isolées, dans des hameaux dépeuplés qui tutoient les cieux, dans des monastères en renaissance ou désertés. À chaque pas, le cheminement et le pèlerinage intérieur se révélaient plus importants que le sommet ; le vagabondage, davantage que la conquête.
Au terme d’une longue expédition à plus de 4 000 m. d’altitude, dans cette nature démesurée, sur ce Toit du monde à la fois ombrageux et accueillant, bâton de marche dans une main, carnet dans l’autre, j’ai peu à peu trouvé ce que je recherchais, l’isolement, le recueillement, la méditation, le souffle poétique de la vie sauvage, comme une échappatoire à la vitesse et à la modernité. L’effacement du souvenir de la guerre, aussi, et de son syndrome post-traumatique, en cheminant surtout, et à la rencontre des Mustangais, bergers, nomades, moines, passagers du vent, ombres de la solitude.
Dans le silence des grands espaces, après plusieurs semaines d’une marche souvent vertigineuse, cette quête de pureté et de la « montagne intègre » fut l’occasion de réflexions sur le temps, sur l’hyper-communication de nos sociétés, sur l’empathie et la compassion, loin du rythme effréné de nos quotidiens.
Ce fut enfin le lieu d’étonnants échanges avec mes amis montagnards, dont celui qui ne voit plus, surnommé « l’aventurier aveugle », qui a connu le Mustang lorsqu’il était encore voyant. Il m’a permis, lui aussi, de « voir autrement ».